• Jeudi 12 octobre 2017

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour  

    Le temps gris s'est installé, une fois de plus, sur notre région. Avec une température hier, de 15°C maxi sous la grisaille, cela n'est guère encourageant. Car on sait bien que la mauvaise saison va s'installer pour de longs mois. Quand on suit les bulletins météo diffusés sur les différentes chaines, de ce qu'on nomme improprement la «TNT», on est toujours surpris par l'effet d'annonce pratiqué par les journalistes qui illustrent très bien, et avec talent, leur bulletin journalier. Après une période de mauvais temps, souvent, ces présentateurs nous annoncent, avec forces sourires et qualificatifs les plus enjoués, que le beau temps revient. On vante les 25°C qu'il va faire demain à Ajaccio. Ajaccio c'est en Corse, et sur le plan climat, c'est plutôt celui de l'Italie (Viva Italia). On nous parle de la douceur climatique de bordeaux, Nice ou Lyon, par exemple. Une fois célébrée, cette messe dédiée au Dieux de la météorologie, le sourire de la présentatrice s'estompe soudain, pour signaler rapidement que dans le quart nord ouest de la France, la couverture nuageuse persistera jusqu'au coucher du soleil. Le beau temps que l'on nous annonçait en début de ce bulletin, ce n’est pas pour nous, gens du nord de la France. Dans les têtes de ces présentateurs, le quart nord ouest de la France, est une portion du territoire où il fait toujours froid, mauvais et pluvieux; un climat, en quelque sorte, de «Merde», pour certains. La partie sud de la France, demeure, dans la tête de tous ces personnages qui résident, règnent et président à Paris, une immense région où il fait toujours beau et où tout le monde est toujours en vacances. Désolé de ce constat, il me prend à rêver, parfois, d'aller résider en Belgique, petit pays voisin de notre région et Patrie de nos amis Belges. Dans un pays, qui est, à peine,  plus grand qu'une de nos régions de France, le climat doit être sensiblement le même partout sur le territoire Belge. J'imagine que les présentateurs des bulletins météo sur les télévisions  belges, ne doivent pas faire fantasmer, tous les jours, le téléspectateur belge sur le très beau temps, qu'il fera, demain,  à Monaco, par exemple. Je commence à comprendre, pourquoi, un grand nombre d'acteurs, de chanteurs et  de gens célèbres, Français, se sont exilés en territoire belges. Bien que La Belgique ne soit pas une contrée dévolue aux larmes et au chagrin. Bien au contraire, cette région a produit, un nombre incroyable d'artistes, de comiques, d'amuseurs et de chanteurs. Quand aux Français célèbres qui ont émigrés vers la Patrie de Jacques Brel, c'est pour des raisons de fiscalité, bien connues, mais aussi par rejet de cette espèce de «Parisianisme» qui finit par nous indisposer, nous les habitants de la France rurale. Habitant à 50km à vol d'oiseau de Paris, je ressens très bien cette mentalité méprisante envers les gens de la France profonde. J'ai été durant cinq années pensionnaire d'une «Boite à curé» qui était majoritairement fréquentée par des gosses de riche, issus, pour la plupart des quartiers de Neuilly ou du XVI arrondissement de Paris, pas de Belleville ni de Montrouge, cela va de soit. Je me souvient des insultes, des quolibets et des vexations infligés aux trop rares fils de cultivateurs qui composaient une partie nos petits camarades. On est véritablement au cœur du débat actuel. Dans l'Espagne (Viva Espana), autre pays voisin et ami de la France, il doit aussi y avoir à Madrid, certains sujets gonflés de leur importance et imbus de leur pouvoir. Si une région si riche, telle que la Catalogne veut foutre le camps, c'est que l'Espagne profonde a été laissée pour compte. Certains combattent l'Europe des nations; que nenni, nous allons avoir l'Europe des régions. C'est pourquoi, comme en son temps, un certain Président, général de son état, je crie: Vive la Catalogne libre!

     

     

      Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     

    « Mercredi 11 octobre 2017Vendredi 13 octobre 2017 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :