•  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour 

    Dans quelques jours ce sera la fête des potirons, la fête des citrouilles. Ces grosses courges très bonasses et au gout insipide pour certains. Alloouinne (Halloween) puisque c'est le nom d'une fête un peu exotique à notre culture, va ravir les enfants avec tout ce cérémonial surtout très commercial. En attendant Noël, cela fera patienter les plus petits. Car dans quelques jours, les véhicules équipés de nacelle vont assaillir les poteaux télégraphiques pour y accrocher leurs messages de Noël, et diffuser la bonne parole, devenue surtout le chantre du négoce. Â l'heure des économies d'énergie, ces illuminations de la nuit, représente un certain coût. Les maires se disent scandalisés par les coupes drastiques faites dans leur budget municipal, mais n'ont-ils pas, dans le passé, donné dans des dépenses superflues, dispendieuses et trop souvent inutiles. Pour nos sympathiques courges qui continuent de croître tranquillement au fond du jardin, cette fête va les vider de leur contenu, pour les transformer en personnages grimaçants jusqu'au bout de la nuit. Autrefois, dans les potagers,  c'étaient avec les concombres et les cornichons, pratiquement les seuls cucurbitacées que l'on cultivait. Dans les années 50, dans les potagers de ma famille, on ne rencontrait pas encore ces sympathiques courgettes.  Des légumes que les populations venues du sud firent connaitre dans les contrées du nord. Donc on cultivait la citrouille pour assurer un légume facile à transformer en soupe au cœur de l'hiver. Comme il n'y avait pas  encore de congélateur dans les familles aux revenus toujours très modestes, cet apport de légume frais en plein hiver, permettait de se passer, pour un temps, des nombreuses conserves que l'on avait élaborées  tout au long de la bonne saison. Seuls les poireaux et la mâche permettaient aussi cet apport vitaminé. Et encore quand le potager n'était pas recouvert de son long linceul blanc et poudreux. Les hivers froids de cette époque, avec leur cortège de gelées nocturnes de plus en plus glaciales, avaient pulvérisé tout espoir de verdure fraîche.

     

      Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour

     Phaseolus vulgaris, légumineuse vulgairement dénommée le haricot vert. Un légume très facile, si le climat lui permet de bien croître. Mais seulement voila, le climat a changé, et nous voici avec trois années calamiteuses pour le potager. Le haricot vert n'arrive plus à trouver son chemin dans ce climat déjanté. Il me reste encore 13 routes de 6 mètres de haricots à récolter. Habituellement sept à huit routes suffisaient largement à notre consommation et à faire une cinquantaine de bocaux de conserve d'un litre. Cette année, c'est 15 routes de haricots mis en culture, et pas un bocal sur les étagères. Les deux premières routes semées en avril en serre, ont été installées au potager début mai et se sont développées rapidement, profitant de la chaleur du mois de mai. C’est alors que le mois de juin est survenu avec ses canicules et ces pauvres haricots verts, malheureusement,  sont restés figés sur place. Les semis suivants ne se sont pas mieux comportés. Trois routes semées en juin, n'ont levées qu'au bout d'un mois, malgré de nombreux arrosages. Ces trois routes ne font que donner actuellement, quelques filets, ici où là. Un comble, car d'habitude, les derniers semis pratiqués au 14 juillet assurent une abondante récolte en arrière saison, courant septembre. Il faut 60 jours pour qu'un semis de haricots verts commence à produire; 90 jours pour produire des haricots en grains. Cette année, ce mois-ci, je suis obligé de recouvrir sept de ces routes avec des voiles de croissance. Depuis, beaucoup de petits filets ont succédés aux nombreuses fleurs que les plants ont développées. Mais arriveront-ils à produire avant la fin du mois? Nous n'arrivons à récolter tout au plus qu'un à deux kilos à chaque fois. Le haricot a une graine facile à faire pousser. C'est pour cela que l'on apprend au petit enfant à la semer. Parfois sur un morceau d'ouate à l'humidité savamment entretenue. Je ne pense pas que ce soit uniquement la canicule et la sécheresse qui soient les seuls responsables de ce désastre. Le mois d'août est, cette année, littéralement tombé en panne. Les températures ont à peine rejoint les moyennes de saison, comme disent les météorologues, mais c'est surtout la couverture nuageuse qui a fait barrage aux rayons du soleil si bénéfiques à nos cultures. Le potager n'est plus ce qu'il était. Cette année, j'ai semé quatre boites de graines de haricots à raison de 200 grammes par boite.  huit euros la boite, cela fait un montant de 32 euros. Combien de kilos de haricots aurions-nous pu acheter avec cette somme? Si l'on additionne la perte de temps à cultiver ces légumes et surtout la place occupée par ces cultures défaillantes, qui nous ont privés d'entreprendre d'autres semis plus productifs. GammVert a très bien compris  ce nouveau phénomène. Lui, qui nous fournit, habituellement les graines, le matériel, les engrais et éventuellement les produits contre les maladies et les insectes, depuis plus d'un an, il est devenu un épicier en développant des étals de fruits, de légumes, d'épiceries, de viandes et de charcuteries. Ainsi, il peut nous fournir le produit d'une récolte qui, pour nous, s'est révélée désastreuse. Â quoi bon investir dans l'achat de toutes ces graines, ces produits et ce matériel fournit par Gammvert, alors que dès l'entrée dans le magasin, tous ces beaux légumes nous tendent voluptueusement leurs couleurs, leurs feuilles et leurs parfums. C'est fou, le temps que l'on gagnerait. Et les économies d'argent, que l'on réaliserait. Gammvert a bien compris qu'il ne devait pas se laisser déborder par toutes ces AMAPS et ces petits producteurs qui vendent leur production à la sauvette. Aujourd'hui GammVert contrôle le marché de bout en bout. Gammvert s'occupe de tout. Décidément! On vit une époque formidable! 

      Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour à tous
    Bienvenue
    Très belle journée hier. Pas de vent, pas de nuage; ou peu s'en faut. On en a profité pour installer au jardin des pétunias qui sont maintenant en fleurs.
    Si le jardinage n'était pas notre passion, le mois de mai pourrait être, pour nous, un mois de forçat.
    Il faut être présent sur tous les fronts; au potager pour les semis et les repiquages et aussi l'entretien; car il ne faut pas rater un semis ce mois-ci, ni prendre du retard dans le calendrier des cultures, parce que l'on ne connait pas le temps du mois prochain.
    Au jardin d'agrément il faut installer nos fleurs les plus fragiles; au verger il faut être très vigilant, les ennemis de nos fruits étant déjà en campagne.
    Un jargon un peu guerrier, mais c'est un peu un combat ce mois ci...
    Un des plus beau de l'année; plein de promesses.
    Bon jardinage
    Â demain 

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour
    Bienvenue sur mon blog.
    Comme je le disais hier, le beau temps s'installe et prends ses vrais quartiers de printemps.
    On en a profité pour mettre en place les dahlias, qui avait été mis en végétation en serre dans de la tourbe humide, il y a environ 3 semaines. Il est temps de les transplanter; certains faisant déjà 50 cm de haut. Dans le potager, ce furent divers travaux de culture et d'entretien, qui occupèrent le reste de la journée.
    Au potager, on a pu observer que  les fraises, déjà bien formées, n'attendent plus que les chaudes journées promises par les bulletins météo. Pour l'instant, ce n'est pas le rouge qui domine cette planche, mais le jaune; le jaune des boutons d'or. Une plante invasive, qu'il faut extirper à la gouge à asperge. Cette «mauvaise herbe» se propage comme le fraisier et est vivace comme lui. Elle se fait oublier au cours de l'automne, pour ressusciter en fin d'hiver au moyen de ses stolons. Si l'on tente de lui arracher son feuillage, sans extirper ses racines, elle nous remercie de lui avoir offert une taille bénéfique à son métabolisme. Un peu comme la ronce : «Ronce coupée = Ronce taillée - Ronce brulée = Ronce fumée - Ronce extirpée = Ronce morte».
    La planche des fraisiers a été recouverte de paillettes de lin, qui protègent les akènes des projections de terre, et découragent limaces et escargots dans leurs agapes gastronomiques. Malheureusement, il ne sera pas possible de dissuader les oiseaux de venir faire leurs achats parmi nos fraisiers. Depuis quelques jours, des bandes de sansonnets tournoient au dessus de notre jardin en proférant leurs jacasseries bien connues.

    Je vous souhaite une bonne journée.
    Â demain  

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour
    Bienvenue
    Le beau temps va s'installer, nous dit-on. Hier belle journée sans vent et sans eau. 21°C à l'ombre. On a pu travailler au jardin. Installation de nouvelles jardinières et de nouvelles suspensions. Mise en place des plants de courgettes et de potimarrons. Transplantation des semis de haricots, effectués, il y a une semaine. Maintenant, je sème les haricots en godet de 8; à raison de 5 graines par godet. Je place le tout en serre. Pratiquement toutes les graines lèvent en quelques jours. Je gomme, ainsi, tous les aléas de notre climat de mai; qui peut se retourner; il l'a encore prouvé cette année. j'effectue pratiquement tous mes semis en serre, que je transplante à la période la plus favorable. C'est aussi une façon de rentabiliser le cout de mes serres. L'installation d'un tel équipement coute cher, et on se doit de le rentabiliser. Produire ses légumes permet de disposer d'une nourriture saine et naturelle; mais produire ses légumes permet, aussi, d'effectuer des économies substantielles. Dans la génération précédente, et au delà, ce fut la recherche d'économie, qui anima, principalement, les jardiniers, que furent nos parents.
    Bonne semaine dans vos jardins.
    Rendez-vous demain.

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour et bienvenue

    Bon dimanche

    La journée d'hier a été assez agréable. Juste quelques mini-gouttes. Mais les nuits restent fraîches pour la saison.Aujourd'hui nous allons observer un mois de mai pris dans la sécheresse. Cela se passait en mai 2011. Les températures moyennes de la nuit se situaient à 9°C. Dans le pluviomètre seuls 7 malheureux petits millimètres d'eau vinrent s'y nicher; en seulement 2 journées de pluie. Bref! C'était la sécheresse.
    Voici ce que nous écrivions dans le journal du forum.

    «Les médias n'en parlent que depuis quelques semaines.....
    Nous l'avions déjà évoqué dans notre numéro du mois d'avril.....
    La nature s'enfonce désormais dans la sècheresse. Agriculteurs, jardiniers et amoureux de la nature, avaient déjà à la fin du mois de mars, constaté le grave déficit en précipitation dans de nombreuses régions de France.
    Seulement 125 mm de précipitation depuis le début de l'année dans notre région de Picardie. Malheureusement près de la moitié des départements de notre beau pays sont dans la même situation. Les mesures de restrictions d'eau sont maintenant effectives depuis plusieurs semaines. Des prévisions à long terme n'entrevoient aucune précipitation vraiment importante avant le mois de juillet. Si tant est que l'on puisse accorder du crédit à des prévisions à 2 mois.
    Il peut très bien y avoir, dans les prochaines semaines un mois de juin et de juillet pourri et froid .
    Cela est très fréquent dans notre région. Les seules prévisions valables à mon sens sont celles délivrées par l'examen des instruments de météorologie disséminés partout sur notre globe; l'étude approfondie des photos des satellites météorologiques.
    Prévisions qui conservent encore quelques exactitudes au bout de 6 jours.
    Quelques médias essaient de dresser un bilan comparatif entre les diverses sècheresses de 1976 , 2003, 2005 et 2011.
    Dans un but très louable qui permettrait de prendre des mesures efficaces dans tous les domaines que cette sècheresse va intéresser (impacter pour reprendre un terme à la mode). Dans le domaine agricole ce sont surtout les éleveurs qui sont déjà touchés. Des mesures, heureusement encore isolées, de réduction de cheptel, dramatiques, ont été prises par certains éleveurs désespérés.
    Dans les autres domaines de l'agriculture, il faudra bien envisager les types de culture à privilégier. Et ceci, surtout, en terme d'irrigation .Si nos pelouses, nos haies, nos arbustes prennent un petit air jaunâtre depuis quelques semaines, cela n'est absolument pas dramatique en comparaison des dommages que l'agriculture subie déjà.
    En terme de rendement, même si les pluies réapparaissaient dés le mois prochain, la situation sera, une fois de plus, très préoccupante au moment de la moisson.
    En clair, le revenu de nos amis agriculteurs sera une nouvelle fois amputé.
    Nous autres, jardiniers, savons très bien, maintenant, se prémunir, dans le potager, contre ces sècheresses devenues, malheureusement, assez fréquentes.
    Nous allons y perdent en volume et en rendement, mais certainement y gagner en saveur.
    Les grandes exploitations, bien évidemment, ne pourront pas déployer les petites astuces et les techniques, que nous appliquons pour nos légumes.
    Techniques, nouvelles ou ancestrales que nous allons essayer de développer dans les lignes de cette modeste parution.
    1976, c'était il y a 35 ans... Et tout le monde n'a pas connu cette calamité.
    En terme de manque d'eau l'expérience des anciens sera profitable aux plus jeunes d'entre nous..»

    Donc cela se passait en mai 2011; heureusement la suite de l'année ne fut pas catastrophique; 278 mm d'eau pour les 3 mois d'été. Mais les cultures avaient quand même subies quelques dommages. Mai étant un mois capital en terme d'agriculture et de jardinage.

    Belle journée à tous
    Â lundi.

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour Chers Amis

    Bienvenue sur ce blog
    Encore beaucoup de nuages durant cette journée du 19 mai; mais le pluviomètre n'a pas été sollicité. Juste quelques goutellettes perdues, certainement par dépit, par ces gros nuages noirs, venus du sud; pas de quoi remplir une citerne, ni même une gourde. 
    Toutes ces eaux déversées généreusement pas notre ciel, nous réjouissent toujours. Mais elles en réjouissent, aussi, d'autres; des ravageurs de nos plantules et de nos espoirs de belles fleurs et de beaux légumes; j'ai nommé limaces et escargots. Un seul sujet peut en une nuit, vous anéantir un pied de rose d'Inde; il vous restitue, alors, avec délicatesse, le bâtonnet, support de ces magnifiques floraisons estivales. Ce bâtonnet, cette tige, devrais-je dire, complètement démunie de son feuillage, ne repartira pas, dans pratiquement tous les cas. Donc, s'il y a une centaine d'individus baveux dans l'environnement de vos chères plantations, je ne vous cause pas du désastre à venir. C'est pourquoi, il va falloir passer à l'offensive. Il existe divers moyens de remédier aux agapes de ces phytophages. Des moyens, certes, pas toujours très avouables. Mais quoi! On ne fait pas une guerre sans quelques bavures*, ni autres dommages collatéraux. Vous connaissez les armes employées pour anéantir ces gastéropodes qui glissent avec volupté sur nos plantes chéries.
    Je vous demanderai de nous raconter votre méthode de lutte contre cette calamité. Outre les petits grains bleus, façon «Schtroumpf», il existe, aussi, divers moyens moins polluants, que vous connaissez certainement.
    Donc, dès ce matin, je vous conseille d'aller vite visiter vos nouvelles plantations; ce que vous faîtes, certainement, tous les jours; je n'en doute pas. (LOL)
    Â vos jardins! Mes Amis!
    Â demain, dimanche.
     

     

    *C'est cocasse, des bavures dans la lutte contre la «gent gastéropode».

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour et bienvenue sur le blog
    La pluie s'est installée dans notre région. Hier forte pluie en matinée et en fin d'après-midi. Les températures ont chutées; pas plus de 20°C, hier.
    Les pluies sont souvent les bienvenues pour les jardiniers que nous sommes; mais à consommer avec modération. Trop de pluies vont entrainer des dégâts au jardin.
    Les jardiniers constatent, après une petite période de sécheresse, les bienfaits fantastiques de ces pluies sur  les plantes et surtout sur leurs légumes. Tout en ayant constaté que l'eau qu'ils ont prodigué à leurs cultures, n'a pas cette vertu régénératrice de l'eau des pluies, souvent printanières.
    C'est que les eaux de ces pluies sont légèrement acides; donc ionisées. Elles contiennent des solutions carbonatées après avoir absorbé du gaz carbonique (CO²). Du gaz carbonique en quantité trop importante dans notre atmosphère; tout le monde sait cela, maintenant.
    Donc ces eaux de pluies apportent, enfin, d'autres substances, en quantités extrêmement faibles. Ce cocktail devient par sa nature, très bénéfique à nos plantations.
    Je vous invite à consulter Wikipédia pour en savoir plus sur la pluie.
    Â bientôt sous le soleil 

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour  
    Bienvenue sur mon blog

    Hier, mercredi, a été une belle journée chaude et agrémentée par un vent léger; ce qui a permit de travailler sans transpirer, malgré les 28°C. Vers 18 heures le ciel s'est fortement assombri au sud; on a pensé à un orage, mais ce fut une pluie assez forte pendant plusieurs heures. Résultat: 11mm dans le pluviomètre et au moins 1000 litres dans la citerne.
    Justement, en parlant de citerne; disposez-vous d'une citerne à proximité de votre jardin?
    Avez-vous d'autres ressources, autres que l'eau du robinet, pour irriguer votre jardin?
    Nous disposons d'une citerne qui recueille les eaux de pluie des toitures de la maison et du garage. Capacité 15000 litres; elle permet une économie de 90 M3 d'eau par an. De plus c'est une eau douce, sans calcaire. La citerne alimente aussi les toilettes de la maison et les 4 points d'eau extérieurs. Cela depuis près de 40 ans. Il arrive qu'en cas de fortes pluies, la citerne déborde dans le puisard; on doit, alors, la délester en ouvrant les robinets extérieurs. nous devons, parfois, arroser le potager en plein hiver et sous la pluie. Cela peut paraitre stupide, mais c'est nécessaire; sinon c'est la cave qui peut être envahie. En mai 2016, nous avons du procéder souvent à cet exercice; surtout le 31 mai avec 57 mm dans le pluviomètre. 
    Bon jardinage, si le climat vous le permet.
    Â bientôt 
     

       
     

     

     


    votre commentaire
  •  

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour
    Bienvenue

    Ce fut vraiment une belle journée, ce mardi. Avec un vent pratiquement nul le thermomètre est monté à 28°C à l'ombre et au nord, avec un minima de 14°C. Dans les serres totalement aérées, la température s'est maintenue à 35°C. Il a quand même fallu arroser deux fois les plants en godet. Il en reste encore,  au moins 700 à transplanter.
    Tomates, aubergines, poivrons, piments, courgettes, melons, pâtissons, potimarrons, persil, basilic, laitues, poireaux, carottes, haricots verts, pétunias, roses d'Inde, oeillets d'Inde, Ageratums, impatiences, dahlias en jauge.... Etc...
    Il reste encore beaucoup de travail pour les jours prochains. Et il ne faut pas trop tarder, car on nous annonce une dégradation à partir de demain.
    Les premiers pétunias installés au jardin commencent à ouvrir leurs fleurs. Les nombreuses pensées plantées en mars font de la résistance et résistent très bien à ces premières chaleurs.
    Â demain, chers jardiniers 
     

       
     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique