• Mardi 26 décembre 2017

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour

    Malgré la joie apportée par les fêtes, le mauvais temps est toujours présent. On nous annonce de la tempête, de l'eau, encore de l'eau, toujours de l'eau. En consultant le nouveau catalogue Baumaux, je remarque que des variétés ont été remplacées par d'autres à l'aspect similaire. La variété de pétunia multiflora «Picotee», par exemple, est remplacée par Kaliffo hybride F1. Les variétés «Supercascades» à fleurs géantes figurent toujours au catalogue. Du coté des roses d'Inde, dont je fais une importante utilisation, peu de changement. Les roses d'Inde naines constituent une excellente plante pour éclairer massivement une plate-bande ou une jardinière. Les variétés «Antigua» Orange et jaune remplacent largement des œillets d'Inde de même taille. Seul leur prix peut paraitre prohibitif. Ces variétés sont proposées en sachets de 50 graines. Là aussi, il ne faut pas rater son affaire. Bien que le semis soit très facilité. Une graine qui fait près de un centimètre de long est très facile à déposer sur le mini-cube de terreau, son futur nid douillet. Ces variétés de rose d'Inde ne font pas plus de 20 cm de haut et offre ainsi une floraison très compacte. Les variétés très hautes sont à placer en arrière plant de massif. J'ai souvent été déçu par la variété «Vanilla» à la fleur blanc-crème, dont la teinte devient quelque peu grisâtre et faisant pâle figure aux cotés de ces «Antigua». Le catalogue propose la variété «Ivory» .Une grande rose d'Inde de près de 90 cm de haut et dont la teinte doit être blanc pur. De quoi se laisser tenter par cette variété pour éclairer le fouillis de mes massifs disposés sous mes arbres et mes arbustes. Coté œillet d'Inde la variété «Yellow» m'avait permis de fleurir efficacement les bordures creuses qui ceinturent la plupart de mes massifs. Le seul inconvénient, c'est qu'il faut un très grand nombre de plants, car il y a un très grand nombre de trous par bordures. L'été sec de cette année m'avait permis de déjouer la goinfrerie des mollusques de nos jardins, à l'allure, certes, fort sympathique, mais à l'appétit terriblement vorace et destructeur.

        Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     

    « Lundi 25 décembre 2017Mercredi 27 décembre 2017 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :