• Samedi 16 décembre 2017

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour

    Avez-vous déjà cultivé des topinambours? Avez-vous déjà consommé des topinambours? Les topinambours font partie des légumes oubliés. Un petit tubercule que les plus anciens ont préféré oublier, car rappelant aux générations précédentes, les affres de la guerre et les mauvaises conditions de vie sous l'occupation. Le topinambour est un petit tubercule qui peut être délicieux si l’on n’en fait pas un usage quotidien. Sa saveur comparable au fond d'artichaut peut très rapidement devenir écœurante, si ce légume tiré des oublis revient trop fréquemment sur nos tables. Donc rien à voir avec la pomme de terre, par exemple, qui peut figurer au menu plusieurs fois par semaine. Ce tubercule, enfant chéri des consommateurs, serait même accusé de figurer trop souvent au menu de certains consommateurs. Frites et purées constituant trop souvent le quotidien de nombreux repas. Cela au détriment de beaucoup d'autres légumes. Comme le topinambour qui mérite de figurer au menu, quelques jours dans le mois. L'avantage du topinambour est sa facilité de conservation au potager. Étant enfoui assez profondément dans la terre, il ne souffre pas trop des rigueurs de l'hiver. D'ailleurs il résiste très bien au gel. D'après mon expérience, il ne figure pas au menu de nos mulots et de nos campagnols. C'est donc un légume  facile à cultiver. Et en plus, c'est une grande fleur semblable aux tournesols et aux grands rudbeckias. Dans mon jardin, comme j'ai les deux variétés, je ne fait la différence entre ces fleurs que par l'emplacement de celles-ci. Â partir d'un tubercule ou deux, on peut rapidement obtenir une plantation importante. Les tubercules non récoltés, donnant de nouveaux plants l'année suivante. Je le cultive en dehors du potager, dans un coin un peu déshérité, car cette astéracée n'est pas regardante sur la nature du sol. Il faut, en outre, limiter sa propagation, car cette plante peut devenir envahissante. Cette année, ses tiges ont largement dépassé les deux mètres. Si l'on veut mettre un terme à sa collaboration, il faut éliminer le moindre fragment de tubercule, sinon on risque l'été suivant de retrouver ces grandes fleurs jaunes aux abords de notre potager. En résumé, c'est un légume à découvrir, sans pour cela en faire un usage quotidien.

     

     

       Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     

    « Vendredi 15 décembre 2017Dimanche 17 décembre 2017 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :