• Vendredi 15 décembre 2017

     

         Journal Ordinaire D'Un Jardinier Ordinaire

           

    Bonjour

    La doucette, une petite salade que l'on peut trouver dans la nature. La doucette, c'est l'autre nom de la mâche. La mâche, cette salade des mauvais jours de l'hiver. Comme elle résiste très bien au froid, la mâche devient un plat de crudité précieux durant la mauvaise saison. Alors que les salades traditionnelles de l'automne, telles que les chicorées frisées et les scaroles, ont rempli leur mission et ont  toutes été récoltées, les mâches offrent, alors, leurs petites rosettes et leur saveur délicate. La culture de la mâche passe pour être facile, car elle est souvent pratiquée à la suite d'une autre récolte. Comme les échalotes, oignons, ails et aussi pois, fèves et haricots de semis précoces. Semée le plus souvent en été, sa levée n'est pas toujours évidente. Sa germination peut être perturbée par les fortes chaleurs. Elle ne refusera donc pas un emplacement dans le potager qui bénéficie d'une ombre passagère pendant quelques heures dans la journée. Elle peut être semée sous le couvert d'autres plantations, comme les tomates, par exemple. Les planches des choux offriront leur ombre et leur fraîcheur qui favorisera la levée de notre doucette. On la sème sur une terre propre et fine mais seulement légèrement travaillée en surface. Le semis assez clair sera plombé, comme les semis de radis. Je l'ai souvent semé avec d'autres légumes, comme les laitues d'automne, les radis. Une fois, ces spécialités potagères récoltées, les rosettes de ces doucettes peuvent étaler leurs petites feuilles plates de saveur délicate. Je pratique aussi le semis sur cube, car en été le potager peut être embouteillé par les semis et les plantations à contre-saison pour l'automne et l'hiver. Une fois ces semis levés, en automne, je les dispose en ligne dans les parcelles du potager libérées de toute culture. Je sème aussi en serre, à la fin de l'été, car la forte chaleur des serres est néfaste à sa levée. Les hivers étant de moins en moins rigoureux, je sème une variété d'automne comme la «Mâche à grosse graine». Dans les années 50, on pouvait se procurer, en septembre-octobre, de la mâche dans les champs de céréales qui n'avaient pas encore été déchaumés. La faible mécanisation de l'agriculture de l'époque obligeait les agriculteurs à pratiquer ces travaux tout au long de l'automne. Aujourd'hui, une fois la paille ramassée, après le passage des moissonneuses, d'énormes tracteurs équipés d'énormes outils, déchaument, hersent et sèment immédiatement. Début septembre les colzas sont semés, ainsi que les blés d'hiver et les escourgeons. Depuis de nombreuses semaines, toute la plaine est verte de tous ces semis qui vont venir enrichir la moisson de 2018. Mais, aujourd'hui, après  tout ce remue-ménage, plus de place pour notre pauvre  petite doucette.

     

       Â demain

     Les carnets de Jules Hostouley 

       
     

     

     

    « Jeudi 14 décembre 2017Samedi 16 décembre 2017 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :